Un an dans nos sacs !

Cela fait plus d’un an que nous portons ce sac sur notre dos ! Nous le présentons à nos chauffeurs comme notre maison, notre dressing et même notre enfant lorsqu’on nous demande « Avez-vous des enfants ? ». Après un an, qu’en reste-il ? Qu’est-ce qui nous a été utile ? Qu’avons-nous modifié ?

Pour découvrir ce qu’il y avait dans nos sacs au départ, rendez-vous ici !

Dans le sac de Julien, deux ans sur le dos

Dans le sac de Sarah

Nous avons démarré à l’automne par des pays du pourtour de la Méditerranée où l’hiver fut froid et pluvieux. Au printemps, nous avons traversé la Turquie, le sud puis le nord pour enfin arriver dans le Caucase. En été, nous avons attaqué l’Iran et tiré jusqu’en Ouzbékistan. Enfin avant de descendre passer l’hiver au chaud, nous avons séjourné quelques semaines entre le Kirghizistan, le Xinjiang et les hauteurs du Pakistan. Nous avions fait le choix d’un matériel versatile pour répondre à ces climats très différents et nous n’avons pas eu de souci de ce côté-là !

Nos habitudes en quelques chiffres

  • 375 jours de voyage
  • Environ 1 200 demandes d’hébergement sur couchsurfing (pour seulement 37 nuits réalisées)
  • 135 nuits chez l’habitant (soit plus d’un tiers des nuits)
  • Sur 1 125 repas, 168 ont été pris à l’extérieur (restaurants, snacks…)
  • 16 nuits sous tente
  • 249 voitures nous ont prises en auto-stop
  • 42 trajets en train ou en bus
Randonnée dans les montagnes du Lori – Arménie
Camping avec des vanlifers français – Nafplio, Grèce

Matériel à usage commun

  • Batterie : nous avons choisi un « monstre » de 18 000mAh qui nous paraît aujourd’hui trop important pour nos besoins, nous avons finalement souvent accès à l’électricité.
  • Entretien : Comme l’on pourrait le faire avec une maison, une partie de notre temps libre est consacrée à la réparation ou au nettoyage de notre matériel. Nous avons beaucoup reprisés et procédé à de nombreuses petites réparations.
  • Nourriture : Un élément de notre barda qui connaît une expansion-contraction fréquente, c’est nos vivres ! En effet, nous nous retrouvons souvent à cuisiner et avons donc toujours sur nous des épices, infusions, farines, soupes lyophilisées, etc. C’est une composante indispensable de notre sac et nous en avions légèrement sous-estimé le poids et l’importance ! Nous sommes très satisfaits d’avoir emporté notre popote et le brûleur avec cartouche de gaz. Dès le départ, ils nous ont servi dans les hôtels froids de l’Italie pour nous faire chauffer une soupe ou un thé réconfortant ! Un autre défaut serait d’avoir pris une popote trop petite bien qu’elle soit légère. Lorsque nous avons démarré le voyage, nous étions limités en terme de contenants. Depuis, nous avons ajouté un grand pot en plastique qui se ferme et permet d’emporter facilement nos restes ou d’avoir deux récipients.
  • Tente : Avec moins d’un mois en tente au total sur un an de voyage, nous sommes heureux qu’elle ne pèse que 600 grammes !
Étal de fruits secs – Osh Bazari, Bishkek
Le stop à quatre à l’arrière d’une voiture c’est possible ! – Ayder, Turquie

Dans le sac de Sarah

Le sac-à-dos
Il n’a presque pas bougé et la qualité est bonne pour les kilomètres parcourus. Les quelques défauts découverts sur la route : le porte-bouteille n’est pas idéal (dès que je me penche elle tombe) et il n’y a pas de petites poignées sur les bretelles (en randonnée cela manque un peu).

Les vêtements
En règle générale, j’utilise à peu près tous les vêtements et je n’ai pas fait de changements majeurs jusqu’à présent. Comme le dit le proverbe, « Le temps fera son oeuvre » et c’est avec les vêtements que cela se remarque le plus. Le pantalon est devenu informe, les chaussures de trail se sont progressivement éventrées et les t-shirts se sont troués. Rien d’exceptionnel après un an de voyage !

J’ai acheté des paires de chaussette et une chemise à manche longue qui arrive jusqu’aux cuisses (Pour l’Iran notamment). Pour remplacer cette dernière, j’ai récemment fait l’acquisition d’une longue tunique ainsi que d’un pantalon. Cela couvre le corps et me permet d’être plus à l’aise. Je pense également changer les chaussettes qui ne montent pas suffisamment. En ville comme à la campagne, entre les moustiques, les autres insectes et la poussière, les chaussettes trop basses sont inconfortables. Je pense également changer tous les sous-vêtements qui à force d’être portés ne deviennent plus que l’ombre d’eux-mêmes ! Au Kirghizistan, de peur d’avoir froid, j’ai également fait l’acquisition de gros gants en polaire mais c’était une erreur. Ils ne m’ont servi à rien.

De plus, j’ai trouvé une autre utilisation au tour de cou. Celui de « masque de nuit » ce qui est bien utile dans les lieux publics ou dans les trains pour essayer de dormir et éviter de perdre les boules-quies !

Matériel technique et divers
Le drap de soie est indispensable et cela s’est confirmé récemment lorsque nous avons dormi dans un temple indien infesté de punaises de lit.
Nous n’avons presque pas utilisé l’appareil photo et il s’est cassé après cinq mois de voyage. Les appareils photos intégrés dans les téléphones sont de qualité suffisante pour notre usage.
Toujours un peu de frustration quand je sors la liseuse…
Je ne regrette pas d’avoir emporté les jumelles ! Elles sont vraiment pratiques et c’est un plaisir de les utiliser. Nous avons rencontré un passionné d’ornithologie qui m’a quand même conseillé de changer de modèle. Le zoom ne serait pas adapté à notre usage.
Les bâtons de randonnée sont de bonne qualité mais ils sont trop grands ! Il ne se plient pas suffisamment ce qui ne facilite pas l’installation de mon gros sac dans les différentes voitures. Si j’avais à changer, je prendrai des bâtons qui se télescopent et se rangent plus facilement.
La petite boussole n’a jamais servi. Les nouvelles technologies remplacent aisément le tout.
La gourde en métal est très utile. Pour les froides nuits d’hiver, je la remplis d’eau chaude, la recouvre d’une grosse chaussette et la mets sous les draps. Une super bouillotte !
La Spork en plastique a cassé en moins d’un mois (il faut dire que ce jour-là la polenta de Julien était bien dense). De ce fait, je ne la recommande pas. J’ai racheté le modèle au-dessus en aluminium, beaucoup plus cher mais toujours en vie.
La bague a été bien utile et a rassuré certaines personnes !

Matériel de santé et d’hygiène
La fiole en plastique est très pratique. J’ai trouvé de l’huile végétale pour la peau dans tous les pays.
Nous avons pu prendre une crème plus grasse car nous avions la peau qui séchait beaucoup entre le soleil et le froid. Les crèmes trouvées sur la route ne sont pas de bonne qualité (huile de palme, huile de castor et j’en passe). Mais cela fut compliqué de faire autrement.

Administratif et papiers d’identité
L’Inde peut demander le justificatif de la vaccination DTP. Il se trouve que chez nous la vaccination est faite souvent d’office. Avoir une preuve de ce type de vaccin peut aider.
Le petit livre « G’palémo » a servi une seule fois et la personne n’a pas compris ce que nous voulions lui dire et à fait l’inverse. Bref les traducteurs hors ligne nous ont suffit lorsque les habitants n’ont pas internet (ce qui est très rare).

Dans le sac de Julien

Globalement je suis satisfait du matériel emporté même si avec le recul je modifierai quelques éléments. Un an plus tard, je me suis séparé de certaines pièces et j’en ai parfois ajouté de nouvelles. En grande majorité, je suis content d’avoir fait le choix de l’ultra-léger sur de nombreux articles même si quelques corrections sont à prévoir.

Chaussures

Les chaussures de trails étaient polyvalentes et efficaces dans de multiples situations, elles auront tenu plus d’un an avant d’en changer au Pakistan. Gros points noirs des premières, même neuves elles n’avaient pas une bonne adhérence, c’est plutôt embêtant sur des roches glissantes en randonnée ! Le fait qu’elles soient faites en mesh n’a pas trop gêné en hiver avec l’utilisation de chaussettes épaisses et le séchage est rapide. Je ne regrette pas de ne pas avoir pris de chaussures en Gore-Tex.

Sac

Mon sac est léger et confortable mais je me rend compte qu’un sac de randonnée n’est pas forcément adapté à un long voyage. En effet, il nous arrive souvent d’emporter plus de nourriture ou plus d’eau, il perd alors grandement en confort et j’aurai alors préféré un sac un peu plus lourd mais plus confortable (le constructeur recommande un poids confort aux alentours de 10kg, je suis plutôt à 14kg la plupart du temps, eau et nourriture comprise…).

Vêtements

Ma garde-robe a subi plusieurs modifications, c’est la partie de l’équipement qui a le plus bougé ! Au final, je porte souvent une chemise en lin pour les temps chauds, une chemise en flanelle lorsqu’il fait plus frais et un t-shirt en coton résistant lors en ville. Les différentes couches en laine que nous avons emporté sont increvables et très chaudes, la veste coupe-vent et la doudoune sont très efficaces. Pour le bas, j’ai fait des mauvais choix dès le départ. J’aurai préféré avoir un pantalon solide ainsi qu’un short et j’ai pris un pantalon destiné à l’escalade et un jean qui n’a pas du tout été adapté pour le voyage. J’ai récemment perdu ma polaire qui m’étais très utile lors de l’un de nos trajets en stop !

Il y a plusieurs éléments qui m’ont beaucoup servi au début quand il faisait froid et qui ne servent plus depuis des mois : chèche, tour de cou, gants (fins et thermique), collants. D’autres éléments qui nous servent rarement me font parfois douter de porter des kilos en plus comme le duvet et le matelas.

Sac de Julien
Colis à destination d’Alaverdi – Arménie

Casses, pertes, achats et autres

Casses

  • Un bâton de marche (Julien)
  • Fourchette/cuillère (Sarah et Julien)
  • Nos deux parapluies !

Pertes

  • Bonnet (Sarah)
  • Gourde (Julien)
  • Polaire (Julien)

Achats

  • Gants thermiques x2 (Sarah et Julien)
  • Chemise en lin (Sarah et Julien)
  • Jean et t-shirt (Julien)
  • Tunique et pantalon léger en coton (Sarah)

Renvoyés en France

  • Carnets de note terminés ou trop encombrants (Sarah et Julien)
  • Gros couteau suisse (en prévision de la frontière chinoise)
  • Encre de Chine (Julien)
  • Pantalon souple (Julien)
  • Trousse à stylos (Julien)
  • Allumettes tempête (Sarah)
  • Chauffe-mains (Sarah, cadeau durant le voyage)

Cadeaux sur la route

En auto-stop, chez l’habitant ou tout simplement dans la rue, en voyage nous recevons beaucoup de cadeaux de la part des habitants. Pourtant limités tant en place qu’en poids, nous avons appris à accepter les cadeaux car c’est souvent une insulte de refuser (malgré un premier refus de politesse, nous cédons souvent à la deuxième relance). Par la ensuite, les cadeaux sont rapidement utilisés ou bien donnés (la plupart du temps nous optons pour la rue et nous les laissons à un endroit visible pour qu’il soit récupéré). Cela peut paraître ingrat, mais nous avons reçu tellement cadeaux au cours du voyage qu’il est souvent difficile de tout conserver (un foulard, une chemise, un set de 6 couteaux de cuisine et un bocal de conserves maison d’un kilogramme…).

Trempée et congelée après notre première randonnée italienne – Cervo, Italie

Bilan

Au bout d’un an, nous avons décidé de faire un aller-retour en France pour faire soigner les dents de Sarah et profiter des fêtes de fin d’année avec familles et amis. Ce sera l’occasion de s’alléger et de changer quelques détails de notre équipement. Avec seulement seize nuits en tente par exemple, celle-ci ne devrait pas survivre au tri. Peut-être sera-t-elle remplacée par des hamacs pour l’Asie ?

Et nous remercions encore une fois nos amis et nos familles qui ont joué un rôle important dans la logistique lorsqu’ils sont venus nous voir !

Où sommes nous en ce moment ?

Suivez nous sur la route presque en direct ou retrouvez nos dernières photos en cliquant ici !

Jetez un coup d’œil à notre Carnet de voyage !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s