Escapade en Cappadoce et Turquie pratique, tome 3

« La tête en Europe, le corps en Asie ». Telle est la situation de ce pays, avancée de l’Asie, croisée des chemins. La steppe anatolienne que nous traversons pour rejoindre la Cappadoce est un monde à elle seule qui nous était inconnu jusqu’alors. Le désert d’herbe, la terre des cavaliers d’alors et des brebis d’aujourd’hui. La Turquie orientale, avant la pause caucasienne, avant le grand saut iranien et l’Asie véritable.

Itinéraires

Les steppes du cœur de la Turquie

La morne plaine. Les villages oubliés de la Turquie. Les hans (le caravansérail, et non pas l’ethnie…) commencent à rythmer la route de la Soie.

À l’est de Konya – Comme l’idée que l’on se fait de la plaine mongole, plate, immense, à perte de vue. Un 4×4, des hommes pique-niquent au milieu de nul part. Une grande et large étendue de terre sans arbre, seulement quelques pierres et de grands champs. Aucune fleur, juste de l’herbe sèche et de menus buissons bordant l’axe routier. Le paysage est ponctué par les minarets, les châteaux d’eau et autres rares émergences. Les mosquées récentes ont de vives couleurs, les toits verts ou bleues et les minarets sont blancs. D’autres vieilles bâtisses sont réutilisées et un minaret y est ajouté bardé de haut-parleurs. Un pic immense s’élève au loin dans cette plaine déjà située à 1 000 mètres d’altitude, le mont Hasan culmine à 3 253 mètres. Les herbes et buissons ne se bousculent pas, les pierres sont nombreuses, comme les plastiques qui voguent au-dessus des champs. De temps à autre des troupeaux de montons paissent, il est difficile de savoir s’il se nourrissent plus d’herbe que de plastique.

Rien d’autre, et puis soudain…

Les formations géologiques de la Cappadoce, Red Valley

Göreme – Un des points d’arrivées des formations géologiques de la Cappadoce. Une ville-boutique-de-souvenirs sans intérêt, qui n’est que l’entrée du site le plus connu. Les multiples restaurants asiatique de la ville ne désemplissent pas de ces chinois en mal d’un plat qui les ramène chez eux. Le site principal et payant de Göreme n’est pas indispensable, alors que les randonnées au départ de la ville en direction des Rose et Red Valleys sont très belles. « L’église à colonnes » est à visiter absolument, elle se situe aux abords d’un chemin de randonnée calme et vide de touristes. Il est également possible d’observer une faune riche, de petits reptiles et de nombreux oiseaux.

L’église à colonnes de la Red Valley

Ürgüp – Ce charmant village garde une vie locale propre, -un peu- moins prisé par les touristes que les autres communes environnantes. Les maisons troglodytes sont présentent partout dans le centre. Elles sont reconverties en hôtel où l’expérience d’une nuit est intéressante. 4Oda propose quatre grandes chambres et un petit déjeuner excellent pour 65 euros la nuit.

Cité souterraine de Kaymaklı

Kaymaklı – La ville souterraine de Kaymaklı (une des 300 ville de la région) est un impressionnant témoignage de l’ingénierie humaine. Utilisée dès le 8ème siècle avant J-C, la ville actuelle s’est fortement développée sous l’Empire byzantin pour se protéger des envahisseurs musulmans (Seljoukides puis Ottomans notamment) et plus tard mongols. Les sous-terrains furent définitivement abandonnés en 1923 lors des grands échanges de populations entre les nations européennes et la Turquie. Aujourd’hui, les vestiges sont devenus une très mauvaise expérience de tourisme de masse dans un endroit qui n’est pas du tout adapté et dont le flux des entrées n’est pas régulé. Les foules se pressent dans les couloirs créant des « embouteillages » dont il n’est pas possible de s’extirper compte tenu de l’étroitesse des circulations, seuls quatre des huit niveaux de la ville sont visible et l’atmosphère peut devenir suffocante tant il y a de monde.

Le Han de Sarıhan

Sarıhan – Ce Han de l’époque Seljoukide est aujourd’hui exploité par une société privée à des fins culturelles. En excellent état, il s’agit d’un bon aperçu de ce type de bâtiment situé au milieu d’un désert et ce que cela pouvait représenter à une époque lointaine (1). Servant de refuge et d’auberge aux caravaniers, les Hans étaient répartis sur tout le territoire pour protéger les marchandises tout au long de leur périple.

Porte d’un entrepôt, Sarıhan

La steppe grise continue de s’étendre doucement à l’épicentre géographique de la Turquie, Kayseri marque la porte d’entrée vers l’est de la Turquie et la fin de la Cappadoce.

Les tours de la banlieue de Kayseri

Kayseri – La ville est très dure au premier abord, les banlieues sont bardées de tours d’habitation et la ville est encerclée par les hautes montagnes du sud. Le centre ville a su conserver quelques vestiges d’intérêt comme la vieille mosquée, le grand bazaar, une partie du mur d’enceinte et quelques Hans. Sous l’empire de Rome, elle était connue sous le nom de Césarée de Cappadoce et était un siège épiscopal important (elle fut le lieu d’ordination de Grégoire, futur évêque qui convertit le roi d’Arménie et en fit le premier royaume chrétien en 301). Merci à Hakan et Sergen de nous avoir accueillis !

Le train nous emmène doucement vers Diyarbakir, la capitale du Kurdistan, suite dans notre prochain article…

Au petit matin dans le train pour Diyarbakir

La Turquie en pratique

Après deux mois en Turquie, quelques banalités :

Alimentation – Globalement, l’eau est potable partout. Nous n’avons jamais eu de problèmes, même lorsque nos hôtes nous conseillaient d’acheter des bouteilles d’eau minérale. Concernant la nourriture, les précautions utiles dans tous pays sont à prendre en compte : éviter les moules vendues dans la rue même en saison et contrôler la qualité des viandes et poissons.

Pour les végétariens, l’ouest du pays est le paradis. Dans toute la partie Est/Sud-est du pays, cela devient plus compliqué. Pendant plusieurs semaines, les choix furent maigres : riz pilav frit, roulés à la pomme de terre et/ou salade.

Rendez-vous sur notre article La table turque pour en apprendre plus sur cette cuisine !

Mustapha Kemal, ou le culte de la personnalité post-mortem

Atatürk – Pour des questions de facilité, une seule réponse s’impose « C’est un grand homme » à la question « Aimez-vous Atatürk ? ». Pourtant, cela ne viendrait jamais à l’idée à un français de demander à un étranger s’il aime Charles de Gaulle… C’est l’une des premières questions qu’un turc peut poser et il est rare de ne pas parler de lui au cours d’une conversation (2).

1ère crevaison au bout de 7 000km avec notre champion turc du volant

Auto-stop et automobiles – En Turquie, l’autostop est très facile. Et ce, n’importe où : directement sur les autoroutes, en pleine ville, sans même lever le pouce parfois les voitures s’arrêtent d’elles-mêmes ! Dans les régions kurdes, le stop y est encore plus aisé et nos interlocuteurs avaient quelques fois certaines notions d’anglais (malgré qu’un traducteur sur smartphone soit toujours plus facile !).

Concernant la sécurité routière, ce n’est pas tout à fait ça… Beaucoup de nos conducteurs roulaient à plus de 160 kilomètres heure (sans ceinture de sécurité), un policier à même fait une pointe à 180 kilomètres heure…

Il est possible de faire du stop à quatre avec de gros sacs de 60 litres comme nous avons pu le faire avec nos amis Anaëlle et Rémi à trois reprises !

De nombreuses voitures sont blanches, pour des raisons qui nous sont inconnues, peut-être s’agit-il d’une question de prix. Elles arborent très souvent des exaltations à Allah telles que Maşallah, Allah Korusun (le premier signifiant en turc « Ce que Dieu veut » et le second « Que Dieu te protège ») ou bien encore les croissants et étoiles du drapeau turc, la signature d’Atatürk ou encore son portrait… La Talbot Şahin est la reine du pays d’est en ouest, la Lada Niva des turcs en somme ! Malgré la crise et le pouvoir d’achat en baisse, il y a toujours beaucoup de voitures neuves.

À pays immense, distances en conséquence. Les trajets dans les villes sont bien souvent très longs. Pour un turc, une ville de 250 000 habitants est une petite ville qui s’étend souvent sur 10 kilomètres de large, soit autant que le diamètre de Paris. Ne jamais croire un turc lorsqu’il dit qu’une ville est petite !

La plupart de nos conducteurs sont de bonne humeur et contents de nous avoir pris. Quelques minutes de musique dans un camion conduit par un kurde, dans le camion de mehmet

Bars municipaux – Il existe des bars gérés par les mairies qui proposent des boissons et plats traditionnels pour des sommes modiques. Même quelques hommes sont installés en terrasse et profitent ainsi des chaises sans consommer. Il peut arriver qu’ils y vendent de l’alcool. Cependant, les jeux de sociétés sont interdits, apparemment de craintes qu’ils se transforment en jeux d’argent (interdit par le Coran). Tout comme en France, une loi nationale interdit les jeux au café, mais à la différence de la France, ici la règle est appliquée ! Alors que de nombreux turcs de tout âge jouent au tavla (backgammon) partout ailleurs, il est très rare justement de voir des jeux d’argent, ou bien ceux-ci sont bien discrets !

Cinq adorables bergers anatoliens, 60kg chacun, nous escortent dans l’attente d’une voiture

Chiens et chats – Ils se comptent par milliers dans le pays. Dans les villes comme à la campagne, ils sont partout ! Sans pour autant que le chien soit considéré comme un animal de compagnie, les turcs récupèrent souvent les chats et les chiens de rue pour pouvoir les stériliser et les marquer. Dans plusieurs endroits, l’opération se fait sur les femelles uniquement ce qui limite cette action. À Istanbul, les populations de chiens sont si importantes qu’il n’est pas impossible de croiser des meutes dans la rue. Dans la majeure partie des cas, les chiens errants, malmenés par l’homme, sont inoffensifs, voir craintifs. Par expérience, les plus hargneux sont les chiens de particuliers ou les chiens de berger qui ont quelque chose à défendre et peuvent être attachés toute leur vie.

Prenez tout de même de simples précautions :

  • Lorsque vous voyez un portail ouvert et que vous avez un doute, traversez de l’autre côté de la route. Faites également un large détour pour éviter les troupeaux.
  • Ne regardez jamais un chien dans les yeux s’il a l’air agressif, c’est pour lui une provocation (retournez vous de temps en temps pour contrôler sa position tout de même). Ne lui souriez pas non plus, il pourrait mal interprété la vue de vos dents.
  • La plupart du temps, vous pouvez passer à côté d’un chien en train d’aboyer en l’ignorant totalement (observez bien, même les chiens font ça entre eux !). Il perd alors tout intérêt en l’absence d’un défi.
  • Quelques cailloux dans les poches en randonnée peuvent certaines fois être utiles lorsque toutes les techniques d’esquives ont été utilisées…
  • Si les chiens sont trop proches, les bâtons de randonnée et lunettes de soleil sont à proscrire, les chiens voient cela comme une menace et confondent les dernières avec de grands yeux.
  • S’il vous prend l’envie de les caresser, faites attention aux tiques et puces qui pourraient se cacher dans leurs pelages, elles sont elles aussi nombreuses. Un chat passaient entre nos jambes en attendant le train et nous nous sommes aperçus qu’une vingtaine de puces avaient commencé à escalader nos chaussures et sacs !

Internet – En 2016, la Turquie est classée 151ème sur 178 pays dans le classement sur la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières. L’accès à certains sites de réservation d’hôtels est restreint. Le site internet de Wikipedia est bloqué (les pages restent accessibles via le site wikizero.com ou en ajoutant un « 0 » devant votre requête wikipédia, soit « 0wikipedia.org/articles »). L’accès à la principale plateforme de partage de vidéos a également été bloqué pendant près de 30 mois à partir de 2008, puis régulièrement jusqu’à 2017 ainsi que plusieurs autres sites des « GAFAM », tous très utilisés dans le pays.

Certains VPN ne fonctionnent pas et Tor (censé permettre d’échapper aux regards trop curieux de certaines dictatures ou pour pratiquer des activités légales ou illégales sur le net en tout anonymat) était inutilisable lorsque nous y étions. En 2015, le rapport Freedom of the Net rapporte que 60 000 sites internet étaient bloqués (3).

L’internet est très surveillé et nous avons attendu de quitter la Turquie pour parler de sujets sensibles. De nombreux turcs, des journalistes et des étrangers se sont retrouvés en prison pour avoir tenus des propos critiques sur le gouvernement (4).

Dessin mural

Langues – Si les kurdes parlent mieux anglais qu’une majeure partie de la population, le niveau en langues étrangères reste faible. Nos standards européens sont mis à mal lorsque nous rencontrons des professeurs d’anglais (alors que les français ont eux-mêmes une très mauvaise réputation dans ce domaine…). Apprendre les indispensables en turc furent nécéssaires tant la communication est difficile même dans des grandes villes comme Istanbul.

Le turc est une belle langue. Traduite littéralement, elle devient poésie. Un homme traduit le prénom de son fils « fleuve de nuages » ou encore celui de sa femme « mer ». Très liés à la religion, à la nature et aux éléments, les prénoms et la langue turque est très riche.

Mosquées – Lors d’une visite de mosquée, il est demandé aux femmes de se voiler. Certains lieux sont interdits aux femmes dans les mosquées pour autant d’autres ne sont pas autorisés aux hommes. Quelques fois, il s’agit de l’étage ou d’un renfoncement, ces recoins peuvent être interessants pour observer l’intérieur de la mosquée sous un autre angle. Toutefois, attention aux impairs ! De plus, le retrait des chaussures à l’entrée du bâtiment est aussi de rigueur, comme au domicile des turcs.

Randonnée dans la région d’Ayder

Randonnées et nature – À part la voie Lycienne qui est bien balisée, très peu de sentiers de randonnée le sont. Les turcs ne marchent pas ou très peu. Il nous est arrivé une fois de demander notre chemin pour savoir si la route était longue à pied et la personne nous à répondu « Oui, très, environ une heure »…

La nature est magnifique, c’est un vrai appel à la randonnée. En l’absence de chemins clairements définis, l’application Maps.Me est très utile pour se créer des randonnées sur mesure. Pour en savoir plus, rendez-vous sur un prochain article à ce sujet !

Relations hommes-femmes – Nous déconseillons les marques d’affections trop visibles entre sexes opposés dans les lieux publics, même à Istanbul pour des questions de respect. Paradoxalement, dans l’intimité des maisons, les barrières s’abaissent et les turcs deviennent beaucoup plus tactiles, même entre sexes opposés.

En règle générale, un homme et une femme ne se connaissant pas ne peuvent pas se toucher, même pour se saluer et il est peu envisageable qu’ils se parlent directement. Si se déplacer en stop est d’une facilité déconcertante, une femme ne monte jamais à l’avant lorsqu’il s’agit d’un conducteur masculin et vice-versa pour un homme. La première question d’un turc sera « êtes-vous ensemble ? », si votre réponse n’est pas franche, vous verrez votre compagne se faire draguer sous vos yeux par votre chauffeur…

Temple d’Apollon, Side

Sites archéologiques – Ils sont très nombreux et se trouvent d’est en ouest et du nord au sud. Terre de brassage, l’Anatolie à vue passer tellement de peuples, d’ethnies et d’empires que son sol recèle de vestiges partout ! Nous conseillerons même aux amoureux de Grèce antique de venir plutôt en Turquie tant les ruines sont nombreuses, monumentales et globalement, en meilleur état et moins chères qu’en Grèce.

Tavla – Le backgammon turc est un excellent moyen de socialiser et de parler avec les turcs. Les règles sont simples et des plateaux sont à disposition dans tous les cafés (les règles sont par ici par exemple) !

Le wagon couchette

Transport

Bus – Les bus de ville et intercités, nommé Dolmuş, sont fréquents, rapides et bon marché. Il est difficile de connaître la destination, mais les chauffeurs sont disposés à vous renseigner aisément. Les cars reliant les grandes villes existent aussi. En très bon état et fréquents, les départs s’effectuent depuis les gares routières (souvent à l’extérieur de la ville) où des rabatteurs indiquent la marche à suivre pour l’achat d’un billet.

Train – Le galop de l’acier sur l’acier nous a bercé pendant les 13 heures de voyage dans les steppes anatoliennes entre Kayseri et Diyarbakır. L’expérience fut intéressante bien que le trajet se soit déroulé de nuit.

Le site seat61.com est une très belle base de données sur le voyage en trains dans de nombreux pays !

Malgré un développement des trains à grande vitesse, la majeur partie sont des trains Pullman qui roulent au pas. C’est donc un voyage doux et relativement confortable pour des sommes modiques : le trajet Kayseri à Diyarbakir coûte environ 4,50€ par personne (0,0071 centimes d’euro le kilomètre…). Le train est encore aujourd’hui un moyen de transport populaire.

Adresses

Retrouvez nos quelques adresses que nous avons aimé en Turquie !

Où sommes nous en ce moment ?

Suivez nous sur la route, presque, en direct en cliquant ici !

Lisez ou relisez notre article sur la Turquie méditerranéenne ou rendez-vous sur notre Carnet de voyage !

Lectures

  1. « Seljuk Hans », turkishan.org, www.turkishhan.org/visiting.htm
  2. « İzmir Marşı », la marche d’Izmir glorifiant Atatürk et la prise de la ville au grec, Youtube.com www.youtube.com/watch?v=OZu1oOuHjoM
  3. « Censorship in Turkey », wikipedia.org, www.wikipedia.org/wiki/Censorship_in_Turkey
  4. BOUANCHAUD Cécile, « Le journaliste Loup Bureau mis en examen en Turquie pour « terrorisme » », lemonde.fr, 3 août 2017, www.lemonde.fr/international/article/2017/08/03/le-journaliste-loup-bureau-inculpe-en-turquie-pour-terrorisme-une-situation-alarmante_5168264_3210.html
  5. Turkeyblocks.org, www.turkeyblocks.org

3 réflexions sur « Escapade en Cappadoce et Turquie pratique, tome 3 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s