L’Odyssée d’Homère

Avant de partir, une nouvelle lecture de l’Odyssée d’Homère s’est imposée.

Le récit

«O Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif :
celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra,
Voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages,
Souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer
pour défendre sa vie et le retour de ses marins
sans en pouvoir pourtant sauver un seul, quoi qu’il en eût :
par leur propre fureur ils furent perdus en effet,
ces enfants qui touchèrent aux troupeaux du dieu d’En Haut,
le Soleil qui leur prit le bonheur du retour …
A nous aussi, Fille de Zeus, conte un peu ces exploits !»
L’Odyssée, Homère – Chant I vers I-I0 traduction de Philippe Jacottet¹.

Ces chants grecs antiques, probablement écrits par Homère, sont au programme de sixième. Ce texte me replonge instantanément dans mes souvenirs d’enfance. La découverte d’ailleurs et l’envie de voyager peuvent naître de plusieurs manières, de la lecture en passant par le cinéma. L’éveil peut avoir lieu à tout âge. Pour ma part, il a débuté au contact des livres. Mon père nous lisait, à ma sœur et moi, une vieille édition illustrée en couleur du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling puis j’ai passé des heures à lire l’intégralité des bandes dessinées des Aventures de Tintin². Du Congo à l’Asie en passant par le Moyen-Orient, l’univers d’Hergé nous transporte en dehors de notre réalité et jusque sur la lune.

C’est ainsi que la lecture de L’Odyssée fut une véritable découverte. Après vingt ans loin d’Ithaque, Ulysse qui était parti pour la guerre de Troie, a repris depuis longtemps le chemin du retour. Chez lui, l’attendent Pénélope, sa femme, et Télémaque, son fils, qui sans nouvelle de lui, essayent de préserver son royaume. En décrivant toutes les scènes d’une rapidité fulgurante, l’aède Homère nous conte la peur, la solitude, la mort, les combats ensanglantés, l’ivresse et les longues nuits d’étreintes. Ces chants furent en quelque sorte, le rite de passage vers la vie adulte, programmé par l’éducation nationale.

L’œuvre, datant du IIIème Siècle avant J-C, est traduite en français depuis 1575. Cette dernière a été analysée de toutes parts et sous tous les angles³. Selon certains historiens, ce poème serait le regroupement de plusieurs récits de marins naviguant en mer occidentale, pour d’autres, il y aurait de fortes ressemblances entre L’Odyssée et certaines légendes indiennes⁴. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons évoquer L’Odyssée sans citer L’Iliade qui sont toutes les deux considérées comme des épopées fondatrices de la civilisation occidentale. Victor Bérard, helléniste, connu pour sa traduction des chants, a tenté de retracer le voyage d’Ulysse à travers la Méditerranée. La localisation de Troie ne fait toujours pas consensus et certains lieux du récit restent à l’état d’hypothèses, le trajet d’Ulysse serait un mythe 5.

Le voyage d’Ulysse envisagé par Victor Bérard au début du XXème Siècle

Le voyage

Lorsque nous avons aperçu l’île d’Ithaque depuis le bateau, cela m’a aussitôt renvoyé au récit. Je me suis souvenue combien le voyage pourrait être long et le retour lointain. Ulysse, quant à lui, veut rentrer chez lui.

Dès notre départ, nous longeons les côtes et apercevons les îles, semblables à une constellation. Lors d’une nuit passée sous la tente, sardinée à flan de falaise, nous entendions le vent la fouetter et les vagues se fracasser éternellement contre les rochers en contre-bas.

Plus que jamais, depuis que nous sommes partis, notre environnement me remet sans cesse en mémoire les paysages décrits dans L’Odyssée, chargés de vent et de soleil. La technologie, les satellites, internet et nos téléphones facilitent nos déplacements et nos découvertes. Nous dépendons chaque jour un peu plus de la nature, du temps qu’il fait et des hasards de la vie.

Vue d’Ithaque

Les paysages me rappellent notre terre. Les couleurs de la Méditerranée, la luminosité du soleil et l’intensité de la mer sont omniprésentes. Les images des couchers et levers de soleil, «Dès que, fille du matin, parut l’aurore aux doigts de rose…». Ces métaphores ponctuent l’œuvre d’un bout à l’autre. L’Odyssée se peut se lire de multiples manières.

Il ne s’agit pas de faire une analyse littéraire rappelant nos leçons de français, ni même de reprendre les différentes visions du livre de Sylvain Tesson, Un été avec Homère 6 (que je vous conseille par ailleurs), encore moins de développer les aspects philosophiques de la pensée d’Homère, mais plutôt de partager cette envie de replonger dans l’univers de L’Odyssée qui ouvre au voyage et à la découverte.

« Petit bateau avec tes voiles, qui voyage de rivages en rivages,
prends moi maintenant que tu pars, je suis un voyageur aussi,
je n’ai pas d’argent pour payer, je suis un enfant déraciné,
et j’ai une mère qui attend jour après jour mon retour,
et si tu ne me prends pas alors bon voyage, je resterai à l’étranger,
transmets simplement à ma pauvre mère toutes mes salutations. »
Quelques paroles tirées d’un air de Rébétiko 7

Bonne lecture !

Sur un rivage de Grèce

La mer

Où sommes nous en ce moment ?

Suivez nous sur la route, presque, en direct en cliquant ici !

Pour lire ou relire nos aventures, rendez-vous sur notre Carnet de voyage !

Pour en savoir plus

Sources et notes

  1. Homère, L’Odyssée, traduite par Philippe Jaccottet, illustration de Julien Chabot, aux éditions La Découverte Poche / Hors Série, novembre 2016
  2. Les vies de Tintin, podcasts et lectures de certaines des aventures de Tintin (Le Lotus Bleu, Les Cigares du Pharaon, Tintin au Tibet etc.) avec la participation de la Comédie Française, à écouter et réécouter sur France Culture, décembre 2018/ Janvier 2019 https://www.franceculture.fr/dossiers/les-vies-de-tintin
  3. Danièle Thibault, La transmission: de la parole aux écrits, article du feuillet de l’exposition à la BNF, Homère, sur les traces d’Ulysse, http://expositions.bnf.fr/homere/arret/05.htm
  4. Allen Nick J. L’Odyssée comme amalgame : Ulysse en Ithaque et comparaisons sanskrites. In: Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, numéro 12, 2009. pp. 79-102, www.persee.fr/doc/gaia_1287-3349_2009_num_12_1_1529
  5. Estelle Sohier, « Ré-imaginer la Méditerranée avec l’Odyssée, la carte et la photographie. Victor Bérard, un géographe sur les traces d’Ulysse »,Annales de géographie, 2016/3 (N° 709-710), p. 333-359. DOI : 10.3917/ag.709.0333, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2016-3-page-333.htm
  6. Sylvain Tesson, Un été avec Homère, éditions des équateurs, 26 avril 2018
  7. Corinne Dubien, Sur les traces du rebetiko, un documentaire radiophonique, France Culture et Création on air, Diffusion sur France Culture le 21 décembre 2017, https://youtu.be/71VvvlsoXOE

2 réflexions sur « L’Odyssée d’Homère »

  1. merci pour ce souvenir de cette œuvre magnifique qu’est l’Odyssée!
    Vous voilà dans les pas d’Ulysse, ce doit être magique!
    Heureux êtes-vous qui, comme lui, faites un long voyage…. (sans vouloir paraphraser Du Bellay…)
    bonne route
    florence

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Florence pour ce commentaire et ces encouragements ! Cela me rappelle une de nos discussions sur la mythologie. Pensées de Grèce

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s